/**/

Les services communaux

Service Planification d'urgence

Rue Paul Vassart, 44
6220 Fleurus
Tél : 071/820 293
Fax : 071/820 298
Courriel : si.fleurus@skynet.be

On est souvent loin de connaître les facteurs de risque présents sur un territoire communal. À Fleurus, comme ailleurs on s'efforce au quotidien de garder à jour l'inventaire des divers lieux susceptibles de présenter un risque pour la sécurité des riverains et autres citoyens de passage.

C'est pour mieux évaluer ces risques et les gérer le plus efficacement que le législateur a ordonné la conception dans toutes les communes d'un plan d'urgence qui permettra d'agir de manière transversale face à ce genre de situation.

Qu'est le plan d'urgence ? A quoi sert-il ? Qui peut l'actionner ?
Dans quelle(s) circontance(s) le plan d'urgence peut-il être déclenché ?

De son nom officiel, le « Plan général d'urgence et d'intervention communal » contient les grandes lignes du mode d'intervention en cas de calamité (tempête), catastrophe ou sinistre afin que l'autorité communale puisse coordonner de manière efficiente les opérations de secours entre l'ensemble des acteurs intervenants soit :

  1. le service d'incendie ;
  2. les services de secours médicaux ;
  3. la police ;
  4. la protection civile, l'armée et tout autre appui logistique d'ordre public ou d'ordre privé ;
  5. l'information à la population.

Obligation imposée du Ministère de l'Intérieur, le plan reprend, outre l'inventaire des risques et les grandes lignes de l'intervention, tous les moyens disponibles et mobilisables en cas de déclenchement, depuis les véhicules d'intervention à l'ensemble du personnel susceptible d'intervenir en passant par les locaux disponibles que ce soit pour l'installation du centre de crise, l'aménagement d'un poste d'aide aux victimes et/ou autres espaces de confinement etc.

En fonction de la gravité de la situation, le plan peut être géré par le fédéral, la province ou au niveau communal. Seul le Bourgmestre peut décider de déclencher le plan communal d'urgence, s'il le juge nécessaire, par exemple lors d'un accident impliquant un car, lorsqu'une évacuation s'impose, ou lors d'une prise d'otage,… Après analyse de la situation, il déterminera aussi le type d'intervention (évacuation, confinement, le recours à des renforts,….). On notera également qu'un plan interne psychosocial organise la prise en charge des personnes évacuées, choquées et en situation de détresse.

Comment fonctionne un plan d'urgence ? Quels en sont les acteurs ?

Le Bourgmestre qui décide de déclencher le PCUI avertit dans l'immédiat le fonctionnaire en charge de la planification d'urgence « FPLANU » qui lancera la chaîne d'appel. Un représentant de chaque discipline (soit les cinq intervenants cités ci-dessus), le Bourgmestre, le fonctionnaire Planu et/ou expert se rendront au centre de crise, afin d'analyser la situation et de prendre les décisions stratégiques.

Quels risques sur l'entité ? Nature des risques ? Evoquer la notion d'un rassemblement

La liste n'est pas exhaustive toutefois les plus grands facteurs de risque sur l'entité sont :

  • Le nucléaire : la présence d'un zoning d'activités nucléaires dont l'Institut des RadioEléments (IRE). Cette entreprise dispose par ailleurs d'un plan interne d'intervention qui est porté à la connaissance de l'autorité communale par souci de transparence.
  • Les collectivités :
    • L'implantation de 3 zones industrielles (Fleurus/Martinrou/Heppignies)
    • La présence de 3 maisons de repos
    • Un foyer/institut pour personnes handicapées
    • Les établissements scolaires (+/- 40)
    • 2 internats (Athénée Jourdan + Notre Dame)
    • La présence de 2 hôtels
    • La présence de crèches (liste non exhaustive)
  • Grand rassemblement : l'organisation de 2 grandes manifestations (Cavalcade Fleurus et cortège folklorique de Wanfercée-Baulet).
    Vu la concentration du public et l'organisation d'un feu d'artifice, la Cavalcade, fait depuis trois ans l'objet d'un plan particulier d'urgence et d'intervention (ouverture d'un poste de commandement opérationnel composé de la police et du service incendie, présence d'un poste médical avancé, présence d'une ambulance médicalisée et médecin, croix- rouge….) afin d'offrir une sécurité optimale à la population.

    D'ailleurs, toute manifestation sur le territoire de Fleurus doit faire l'objet d'une demande, 3 mois à l'avance, à la Commune en remplissant un dossier de sécurité.

    Télécharger le dossier de sécurité(PDF)

  • Autres :
    • Le passage d'une d'autoroute
    • La proximité d'un aéroport
    • Les lignes de chemin de fer
    • La proximité d'une entreprise Seveso
    • Risque accru d'incendie dans les forêts et/ou zones naturelles (bois de Soleilmont…)
    • Explosion d'une canalisation gaz/pipeline

Quels moyens de communication puis-je utiliser pour connaître les raisons du déclenchement du plan d'urgence, connaître les premières recommandations, et suivre ensuite l'évolution de la situation ?

En cas de déclenchement du plan communal, des communiqués seront transmis par les moyens médiatiques classiques (TV, radios, site Ville de Fleurus www.fleurus.be).

Comment sont définies les mesures préventives par rapportà un évènement ?

Après avoir reçu le dossier de sécurité dûment complété, le service de Planification d'urgence en concertation avec la police, les pompiers et le service Travaux transmettront leur avis au Bourgmestre. Un scoring déterminera le niveau de dangerosité (niveau 1 à 5). Les niveaux déterminés de 1 à 3 sont de la compétence communale tandis que les niveaux 4 à 5 devront être validés par les acteurs médicaux de la Province du Hainaut (COAMU «Commission d'aide médicale urgente»).

Par rapport à un incident / accident nucléaire ?

En cas d'incident nucléaire, un mot d'ordre : « rester à l'écoute des medias ». Les recommandations urgentes seront communiquées à la population concernée par les autorités nationales, provinciales et communales via les différents canaux utilisés:

  • Via les médias : au travers du « Crisis Alert », des communiqués/conférences/points de presse, des interviews et des explications par des experts en la matière (AFCN, Santé publique, AFSCA, IRM),… mais aussi via le site web de crise de référence, les réseaux sociaux…
  • Via des canaux techniques : les sirènes d'alerte de la population, les haut-parleurs de la police…
  • Via tout autre canal pratique et direct : un numéro d'information, des lettres, brochures, flyers, sessions d'information, articles dans la presse locale ou le journal communal,…

Préalablement au déclenchement du plan d'urgence, où puis-je m'informer ?

Questions concrètes

  • Si je ne suis pas chez moi, puis-je rejoindre mon domicile ? Dans la négative, où puis-je me rendre ?
    En cas d'accident nucléaire, les services de police contrôleront l'accès à la zone de danger. En fonction de l'analyse de la situation, les personnes qui habitent dans la zone de danger pourront, éventuellement, être autorisées à y accéder pour autant qu'il n'y ait pas un danger imminent (rejet de substances radioactives) ou moyennant la prise d'actions de protection spécifiques. En tout cas, l'accès est néanmoins déconseillé. Mieux vaut vous rendre chez un parent, un ami … en dehors du périmètre de sécurité.
  • Mon enfant est à l'école/à la salle de sports, puis-je le récupérer/le rejoindre ?
    Non, il vous est fortement déconseillé de vous déplacer pour prendre vos enfants à l'école ou à la crèche ou à la salle de sports. Si un ordre de confinement est lancé, vous pourriez contribuer à engorger inutilement la circulation et entraver l'intervention des services d'urgence. En plus, vous risqueriez de vous retrouver, éventuellement avec vos enfants, bloqués dans votre voiture qui ne vous offrira qu'un abri médiocre, bien moins efficace qu'un bâtiment. En cas d'urgence, il vaut mieux laisser les enfants à l'école sous la surveillance des enseignants. Les mesures de confinement ne s'étendent généralement pas au-delà de quelques heures. Ceci vaut également pour ceux qui seraient au travail au moment de l'annonce d'un incident. Par ailleurs, les écoles, comme toute collectivité autour des sites nucléaires, doivent rédiger un plan interne d'urgence pour répondre à ces situations. En outre, toutes les écoles situées dans les zones d'activités nucléaires (10km autour de l'IRE) ont un stock de comprimés d'iode stable pour leurs enfants et personnel.

Comment différencier un test d'un réel déclenchement du plan d'urgence ?

Les sirènes sont installées en Belgique autour des sites nucléaires et Seveso. Elles ont comme objectif d'alerter la population en cas d'incidents liés aux sites nucléaires et Seveso. Le principal réflexe, quelle que soit la nature du signal, lié au hurlement des sirènes est pour la population de rentrer ou de rester à l'intérieur, de fermer les portes et fenêtres et de suivre les informations à la radio et à la télévision.

Quand prendre les comprimés d'iode, en cas d'alerte ?

Pas tout de suite !! En cas d'urgence nucléaire, l'autorité donnera des directives appropriées et indiquera en temps voulu s'il y a nécessité de les prendre.

Essais des sirènes tous les trimestres

Premier jeudi du premier mois de chaque trimestre. Celles-ci sont actionnées entre 11 h 45 et 13 h 15. Au moment de l'essai, la sirène diffusera un signal d'alarme NBC (Nucléaire, Biologique, Chimique). Il s'agit d'un son modulé strident qui est répété après une brève interruption. Un message parlé « signal d'essai » sera diffusé ensuite par les haut-parleurs de la sirène.

Ce que vous devez faire ...

Des sirènes ont été installées autour des sites nucléaires. Si elles émettent un son ininterrompu, c'est pour avertir d'un danger. Vous pouvez à ce moment-là adopter 5 bons réflexes.


  1. Rentrez ou restez à l'intérieur. Vous mettre à l'abri dans le bâtiment le plus proche est une mesure simple, rapide et efficace pour vous protéger. Restez-y jusqu'à ce que l'alerte soit officiellement levée.

  2. Fermez portes et fenêtres. Installez-vous dans une pièce centrale au rez-de-chaussée du bâtiment. Eloignez-vous des fenêtres, elles offrent moins de protection qu'un mur.

  3. Ecoutez la radio ou regardez la télévision. Pour obtenir des recommandations et des informations supplé­mentaires.

  4. Evitez de téléphoner. Une saturation des lignes téléphoniques peut entraver le bon fonctionnement des services de secours.

  5. Laissez les enfants à l'école. Rester à l'intérieur est aussi leur meilleure protection et les enseignants suivent les mêmes consignes que vous.

    Voir l'actualité de ce service

    Retour Services communaux
Tout courrier doit être adressé à l'Administration communale - Château de la Paix - 61 chemin de Mons - 6220 Fleurus